Cet horloger vise les étoiles

Elleke van Duin, woensdag 13 februari 2013

Imaginons que vous cherchiez à acheter une nouvelle montre. Vous pouvez bien sûr acheter une montre à la mode créée par un designer de mode, mais si vous voulez vraiment vous affirmer, vous optez pour une pièce d'art miniature de l'horloger Christiaan van der Klaauw (1944). Le Frison, qui a commencé à fabriquer des horloges dans son atelier à Joure en 1974, est depuis toujours fasciné par notre système solaire. Tellement même qu'en 1992 il s'est spécialisé dans la fabrication de montres à complications astronomiques. Si nécessaire, il peut construire un planétarium complet dans une seule montre. « Les distances entre les planètes sont énormes, et pourtant elles tournent en orbite les unes autour des autres avec une précision magique. Je voulais capturer ce mécanisme merveilleux sur un cadran », explique-t-il.

Ses montres astronomiques ont remporté divers prix et la version mise à jour de sa montre Real Moon 1980 a été récemment élue comme la Montre de l'Année 2012 à Londres. À 18 heures, ce design classique affiche la phase actuelle de la lune. La montre est entièrement faite à la main et implique donc beaucoup de travail manuel. En conséquence, le rendement est faible, et avec un prix moyen de 26 000 euros, les prix sont donc très élevés. Les créations van der Klaauw ne sont pas seulement techniquement sophistiquées, elles sont aussi infiniment belles, avec des matériaux exclusifs comme l'or rose, l'or blanc et le platine. Ce n'est donc pas une surprise qu'il a été admis à la prestigieuse « Académie horlogère des Créateurs indépendants » (AHCI) en 1990, une confrérie qui se compose uniquement des meilleurs horlogers au monde.

L'astronome amateur Eise Eisinga fut une importante source d'inspiration pour Van der Klaauw. En 1774, ce jeune homme très talentueux a commencé à construire un modèle complexe de notre système solaire dans son salon. Sept ans plus tard, il a terminé son planétarium et les gens sont venus de partout pour voir comment les planètes tournaient en orbite les unes autour des autres. De cette façon, Eisinga a éliminé les craintes ....que les planètes pourraient s'écraser dans la lune et détruire la terre. Son planétarium, qui est toujours en état de marche, est le plus ancien et le plus célèbre dans le monde et mérite vraiment une visite

Les frisons ont clairement l'astronomie dans le sang. Ou son succès est peut-être le résultat d'une position favorable des étoiles ? « Absolument pas », dit Van der Klaauw qui a les pieds sur terre, « je ne crois pas à l'astrologie. Je me soucie plus des choses concrètes de la vie. Après tout, le temps est à retardement. »