Keith Haring est au Kunsthal

267 fois

15 octobre 2015

‘The political line’ du Keith Haring

Avec son style osé et bien à lui, Keith Haring, un protégé d'Andy Warhol, déchaîna une révolution dans l'art des années quatre-vingts.

En savoir plus

Avec son style osé et bien à lui, Keith Haring, un protégé d'Andy Warhol, déchaîna une révolution dans l'art des années quatre-vingts.

The Political Line


Cet automne, le Kunsthal de Rotterdam est fier de vous présenter la très impressionnante  exposition ‘Keith Haring, The Political Line’. Elle retrace la vie et de l’œuvre de l'influent artiste et activiste américain qui est mort du sida en 1990. ‘Keith Haring, The Political Line’ est la première exposition aux qui aborde en détail les aspects sociaux et politiques de son œuvre de vie. Cent vingt œuvres d'art dévoilent un côté méconnu de cet artiste de renommée mondiale. Pouvoir vivre de manière personnelle ces imposantes œuvres d'art fait de ce spectacle visuel un évènement marquant. Vingt-cinq ans après la mort de Haring, son art nous parle encore.

Une déclaration claire


Ouvertement homosexuel, Haring se donne pour mission à New York et à l'époque du conservatisme de Reagan, de dénoncer les abus de la société à travers son art. Il prend position contre les excès du capitalisme et se consacre au désarmement nucléaire, à l'écologie et à l’égalité des droits pour tous, quel que soit l'origine, la couleur de la peau, la religion ou l'orientation sexuelle. La disposition thématique des œuvres dans ‘The Political Line’ ainsi que les fragments de journal intime et autres pièces d'archives, montrent comment Haring se dévoua pour les problèmes sociaux et politiques de son époque.

L’art est pour tous


Keith Haring fit autorité dans la communauté new-yorkaise ‘down town’ de jeunes peintres, de performeurs, de musiciens et emprunta sa créativité à la culture urbaine de la rue. Haring se laissa inspirer par les graffitis, les bandes dessinées, la musique, la danse et aussi bien par l'art 'supérieur' que par la culture 'populaire'. Haring considérait l'art comme un droit ainsi qu'un bien public. La commercialisation, très critiquée, de ses propres œuvres sur des T-shirts, des badges ou encore des autocollants, fait partie intégrale de sa philosophie « L'art est pour tous ». L'influence de Haring sur sa génération était énorme. Bien que sa carrière n'ait duré qu'une décennie, l'effet de son langage visuel perdure.

Exposition du 20 septembre 2015 au 7 février 2016 au Kunsthal à Rotterdam.