Résurrection d’Adriaen van de Velde

81 fois

2 juin 2016

Résurrection d’Adriaen van de Velde

Le Rijksmuseum d’Amsterdam accueille la toute première, et la plus célèbre, monographie jamais peinte par Adriaen van de Velde (1636-1672), un des plus grands peintres paysagistes du Siècle d’or. De ce talent parti trop jeune seront exposés soixante peintures, études préliminaires et dessins issus des collections privées et des musées, tels que le Louvre, le musée Thyssen-Bornemisza de Madrid, la Mauritshuis ou encore le British Museum.

En savoir plus

Le Rijksmuseum d’Amsterdam accueille la toute première, et la plus célèbre, monographie jamais peinte par Adriaen van de Velde (1636-1672), un des plus grands peintres paysagistes du Siècle d’or. De ce talent parti trop jeune seront exposés soixante peintures, études préliminaires et dessins issus des collections privées et des musées, tels que le Louvre, le musée Thyssen-Bornemisza de Madrid, la Mauritshuis ou encore le British Museum. 

La renommée d’Adriaen van de Velde n’est pas un fait nouveau, puisque dans son jeune temps, alors âgé de 35 ans à peine, il était déjà considéré comme l’un des plus grands artistes du XVII e siècle. De son vivant, il était connu pour ses remarquables peintures mettant en scène des personnes et des animaux. Son nom était encore bien présent dans toutes les têtes jusqu’à la moitié du siècle précédent. Cette perte de notoriété auprès du grand public n’est donc que très récente. Mais le Rijksmuseum, en collaboration avec la galerie Dulwich Picture de Londres, compte bien faire changer les choses.  

Penone dans les jardins du Rijksmuseum

Chaque année, le Rijksmuseum présente une exposition de sculptures dans ses jardins. Cette quatrième édition expose la sculpture et les installations du sculpteur italien Giuseppe Penone (1947), représentant de ‘l’Arte Povera’. Penone est avant tout connu pour ses sculptures d’arbres, les Alberi. Des troncs d’arbres robustes et des planches qu’il détache, cercle de croissance par cercle de croissance, pour exposer l’essence même du bois – cet arbre frêle qui a débuté sa croissance il y longtemps, et toujours enfermé à l’intérieur du tronc. Penone s’intéresse à ce type de processus de croissance, qu’il veut révéler d’une part, et transformer en le manipulant autre part. Dans le langage de la sculpture, son œuvre est en quête de l’essence même de la matière, et de la vitalité qu’elle dissimule.