Un musée pour les grandes inondations de 1953

23 fois

23 février 2017

Indondations : un lieu de mémoire

En Zélande, sur la presqu’île de Schouwen-Duiveland le village d’Ouwerkerk abrite un musée unique relatant le récit des grandes inondations de 1953. Les dangers de l’eau y sont mis en évidence, d’autant plus qu’il s’est niché dans un lieu bien particulier.

En savoir plus

En Zélande, sur la presqu’île de Schouwen-Duiveland le village d’Ouwerkerk abrite un musée unique relatant le récit des grandes inondations de 1953. Les dangers de l’eau y sont mis en évidence, d’autant plus qu’il s’est niché dans un lieu bien particulier.

En effet, le Watersnoodmuseum est installé dans quatre des caissons de béton Phoenix qui ont été utilisés, le 6 novembre 1953, pour reboucher la dernière brèche dans la digue d’Ouwerkerk. En 2003, soit 50 ans après la ré-étanchification de la digue, la région et les caissons ont été inscrits sur la liste des Monuments nationaux.

Chaque caisson du Watersnoodmuseum est placé sous un thème précis. Le premier espace propose ainsi aux visiteurs un récit illustré poignant du raz-de-marée. Le caisson suivant s’articule autour de l’homme et de ses émotions, puis vient le tour de la reconstruction et de la préparation de l’avenir. Un audioguide en 4 langues est également disponible, pour que chacun puisse véritablement plonger dans l’histoire. Le musée joue donc un rôle important dans la prise de conscience des dangers de l’eau, tout en jouant une importante fonction de mémoire, en souvenir des grandes inondations de 1953.

Non loin du Watersnoodmuseum, se sont érigés de vastes barrages qui protègent le pays aujourd’hui contre les inondations. Ces barrages font passer l’eau de mer salé par temps calme, mais elle se ferment lors de tempêtes. A centre Neeltje Jans, installé en dessus d’un de ses barrages, ce fonctionnement est expliqué aux visiteurs.

Sur le presqu’île Schouwen-Duiveland les amateurs de deux-roues peuvent  suivre l’un des itinéraires didactiques, comme la ‘Watersnoodroute’ et la ‘Deltaroute’, découvrant ainsi un environnement unique et sa multitude de ruisseaux, un isotope idéal pour les oiseaux, plantes et plantes aquatiques ainsi que de grandes parties du Plan Delta, tout en profitant du calme et de la sérénité du décor zélandais.