Vivian Maier - Photographie de rue

178 fois

5 décembre 2014

Vivian Maier - Photographie de rue

Vivian Maier (New York, 1926 - 2009) fit carrière en tant que nounou professionnelle. Durant son temps libre, elle documentait la vie dans les grandes villes comme New York et Chicago, sans que personne de son entourage direct n’en voie jamais le résultat. Elle a laissé pour héritage une œuvre impressionnante de 100 000 négatives, une collection qui ne fut découverte que vers la fin de sa vie et fit immédiatement sensation au niveau international.

En savoir plus

Vivian Maier (New York, 1926 - 2009) fit carrière en tant que nounou professionnelle. Durant son temps libre, elle documentait la vie dans les grandes villes comme New York et Chicago, sans que personne de son entourage direct n’en voie jamais le résultat. Elle a laissé pour héritage une œuvre impressionnante de 100 000 négatives, une collection qui ne fut découverte que vers la fin de sa vie et fit immédiatement sensation au niveau international.

“Vivian Maier - Street Photographer” est une rétrospective de l’œuvre de cette grande dame de la photographie de rue. En effet, la qualité de ces clichés est comparable à celle des contemporains renommés tels que Joel Sternfeld, Joel Meyerowitz, Elliot Erwitt et Garry Winogrand. Outre des photos, elle réalisa dans la rue un grand nombre de prises de vue et de son. L’exposition au « Foam Photograhy Museum » propose des œuvres à partir des années 50 jusqu’aux années 80, aussi bien en noir et blanc qu’en couleur, ainsi que des images animées.

Une photographe pur-sang

Vivian Maier, née aux Etats-Unis en tant que fille d’une mère française et d’un père autrichien, était une personnalité solitaire. Ses deux parents disparurent tôt de sa vie de sorte qu’elle dût rapidement voler de ses propres ailes. A partir de 1951, elle commença à travailler en tant que nounou, un métier qu’elle exercera le restant de sa vie. Les personnes de son entourage la décrivirent comme un esprit très intelligent, excentrique, curieux et libre. Elle documentait tout ce qui attirait son attention, aussi bien en photo qu’en son et en film. Dans la rue, elle se déplaçait sans se faire remarquer. Elle portait un petit chapeau, une robe longue, un manteau de laine, des chaussures d’homme et ne partait jamais de chez elle sans un appareil photo autour du cou. 

De vaches grasses à vaches maigres

Elle est restée célibataire durant toute sa vie et n’eut aucun enfant, mais elle s’occupa comme une mère des enfants dont elle avait la garde. Chez une famille aisée de Chicago, les Gensburg, chez qui elle s’installa en 1956, Mme Maier avait sa propre salle de bain, qui fera office de première chambre noire. Son œuvre photographique, d’abord essentiellement en noir et blanc, se concentrait sur des sujets sociaux : la vie dans la rue, la pauvreté et les émigrants. Lorsque les enfants atteignirent l’âge adulte dans les années 70, Vivian Maier fut obligée de chercher du travail auprès d’autres familles, de sorte qu’elle n’eut plus la possibilité de développer ses prises de vue et que les rouleaux de film commencèrent à s’entasser. Durant cette période, Vivian Maier expérimenta avec des films couleur, une nouvelle approche dans sa photographie avec pour résultat de plus en plus d’abstraction.

Dans les années 80, elle fut à nouveau confrontée à des aléas qui lui rendirent la photographie plus difficile. Des soucis financiers et l’absence de domicile fixe firent que ses rouleaux de film s’entassaient encore davantage. Vers la fin des années 90, Vivian Maier posa définitivement sa caméra et ses affaires dans un entrepôt, pendant qu’elle essayait de se maintenir la tête hors de l’eau. Les enfants de la famille Gensburg la sauvèrent d’une vie de sans-abri en lui trouvant un petit studio.

Ses archives photographiques dans l’entrepôt tombèrent cependant dans l’oubli, jusqu’à ce qu’elles furent vendues aux enchères en 2007 pour défaut de paiement. Les archives partirent en plusieurs lots vers différents acheteurs, une grande partie entrant en la possession de John Maloof. Ce n’est que lorsque celui-ci les fit examiner que la qualité exceptionnelle de ses œuvres fut découverte. L’exposition Vivian Maier, Street Photographer est basée sur le matériel que John Maloof acquit.

En 2008, Vivian Maier fit une chute malheureuse sur la glace à Chicago. Elle décèdera en avril 2009. Elle a laissé d’immenses archives photographiques pour héritage. Cette exposition a été réalisée en collaboration avec diChroma Photography.

Du 7 novembre 2014 au 28 janvier 2015

En savoir plus : http://www.foam.org/visit-foam/calendar/2014-exhibitions/vivian-maier