Le Musée Frans Hals à Haarlem

Ulrike Grafberger, mardi 5 mars 2013, 1613 fois

Le Musée Frans Hals à Haarlem

Visiter un musée n'est pas peut-être la tasse de thé de tout le monde. Mais au Musée Frans Hals d'Haarlem, vous changerez peut-être tranquillement d'avis. Pourquoi ? Eh bien, il y a là quelques bonnes raisons... Tout d'abord, Haarlem est une des plus belles villes de Hollande. Les maisons particulières sur le côté canal, les ponts-levis blancs et une place de marché animée, voilà ce qui vaut déjà la peine d'être visité. Deuxièmement, la rue sur laquelle se situe le musée Frans Hals est vraiment un régal pour les yeux. Des maisons étroites en briques à pignon avec des cours intérieures idylliques donnent une bonne impression de la façon dont les gens vivaient il y des siècles à Haarlem. J'y ai moi-même déménagé ! Et le nom de la rue, c'est vraiment quelque chose, car combien de personnes peuvent prétendre aujourd'hui vivre dans une rue appelée la Groot Heiligland ou Grande Terre sainte ? Ici, on sent tout de suite que vous êtes dans un endroit spécial et privilégié.

En savoir plus

Visiter un musée n'est pas peut-être la tasse de thé de tout le monde. Mais au Musée Frans Hals d'Haarlem, vous changerez peut-être tranquillement d'avis. Pourquoi ? Eh bien, il y a là quelques bonnes raisons...

Tout d'abord, Haarlem est une des plus belles villes de Hollande. Les maisons particulières sur le côté  canal, les ponts-levis blancs et une place de marché animée, voilà ce qui vaut déjà la peine d'être visité. Deuxièmement, la rue sur laquelle se situe le musée Frans Hals est vraiment un régal pour les yeux. Des maisons étroites en briques à pignon avec des cours intérieures idylliques donnent une bonne impression de la façon dont les gens vivaient il y des siècles à Haarlem. J'y ai moi-même déménagé ! Et le nom de la rue, c'est vraiment quelque chose, car combien de personnes peuvent prétendre aujourd'hui vivre dans une rue appelée la Groot Heiligland ou Grande Terre sainte ? Ici, on sent tout de suite que vous êtes dans un endroit spécial et privilégié.

Les vieillards en Terre Sainte

Nous sommes donc de retour au Musée Frans Hals. Il n'est pas seulement installé sur la Groot Heiligland, mais aussi dans un bâtiment historique datant du 17e siècle, l’Oudemannehuis (« Maison des vieux »). Aux 17e et 18e siècles, c'était en effet un hospice de vieillards. Et on n'y vivait pas trop mal non plus. La cour intérieure verdoyante était elle-même le point de rencontre idéal pour fumer une pipe, boire une petite bière (plus de deux bières n'était pas été autorisé selon les règles de la maison) et de discuter. Les femmes, quant à elles, étaient logées dans un bâtiment différent.

Initialement, on pensait que Frans Hals fut également un résident de l'hospice des vieillards dans ses dernières années, étant donné que les portraits monumentaux des régents, hommes et femmes, de l'hospice des vieillards sont quelques-unes de ses œuvres les plus célèbres. Mais ce n'est pas le cas. C'était tout simplement l'esprit de l'époque durant laquelle les peintres peignaient des portraits des célébrités de la ville. Et Haarlem en regorgeait.

Le peintre des célébrités

Ce ne sont pas seulement ces régents, les citoyens riches qui dirigeaient l'ancien hospice et d'autres institutions, qui sont dépeints sur des toiles monumentales affichées au musée Frans Hals, mais aussi d'autres célébrités de l'âge d'or, ce qui a fait d’Haarlem une ville particulièrement riche  et prospère. Parmi les peintures les plus célèbres de Frans Hals, il y a le portrait de groupe, peint de façon monumentale comme les autres, des officiers de la guilde de Haarlem. Sur cinq tableaux, Frans Hals a immortalisé 68 officiers et sous-officiers. Chacun de ces hommes vêtus de noir avec des fraises blanches devaient payer quelques florins pour apparaître sur la peinture. Sur l'un des tableaux, Frans Hals s'est lui aussi immortalisé.

Frans Hals a également fait bon usage de ces florins parce qu'il avait quatorze enfants au total, avec deux épouses successives, et il souffrait d'un manque chronique d'argent. Son importance, comme étant l'un des peintres les plus célèbres de Hollande, sur un pied d'égalité avec Rembrandt et Vermeer, n'a été reconnue qu'après sa mort. Il était déjà connu de son vivant, mais était toujours sans le sou. Était-il en mesure de payer pour les douceurs déjà servies au 17e siècle dans la haute société ? Les peintures au Musée Frans Hals donnent une bonne une impression des conditions de vie à l'époque au cours de l'âge d'or : cruches en étain, olives, fromage de Gouda vieux, hareng fumé et huîtres. Ce n'était pas une mauvaise vie pour la haute société de l'époque.

Coups de pinceau affirmés et modèle puissant

Frans Hals est célébré comme le premier « artiste moderne » sur la base de ses coups de pinceau puissants et marqués. Contrairement à ses contemporains, qui construisaient délicatement leurs coups de pinceau, Frans Hals (1582-1666) peignait dans un style libre et vivant. On croirait presque que les gens sont en mouvement.

Ce style de peinture extraordinaire s'est propagé, et des centaines d'années plus tard, Claude Monet et Edouard Manet ont également visité Haarlem pour voir les peintures de Frans Hals. Si ces peintres célèbres français visitaient déjà Haarlem, alors il n'y a effectivement plus aucune excuse pour ne pas faire vous-même un tour au Musée Frans Hals si vous êtes à Haarlem...

Adresse pour les visiteurs :
Frans Hals Museum, 62 Groot Heiligland, Haarlem

En savoir plus sur les environs
Google map

Découvrez la Hollande à chaque saison

La Hollande est magnifique en toute saison. Découvrez tous les conseils les plus sympas pour les vacances de printemps, d'été, d'automne et d'hiver.

En savoir plus