Le Musée Lakenhal à Leyde ouvre le 20 juin ses portes au public après des grands travaux

13 juin 2019

Rembrandt van Rijn: Pièce historique avec autoportrait, 1626. Collection Museum De Lakenhal, prêt du RCE

La première exposition sera consacrée au Siècle d'Or et aux maîtres leydois tels que Rembrandt, Jan van Goyen, Jan Steen et d’autres représentants de l’École de Leyde, dite de la « peinture fine ». Cette exposition retrace l'histoire de la ville de Leyde, berceau du Siècle d'Or artistique des Pays-Bas.

Le Musée Lakenhal est le principal musée d'art, d'artisanat et d'histoire de la ville de Leyde. Parmi les joyaux de ses collections se trouvent des tableaux des maîtres de la peinture hollandaise, tels que Rembrandt, Lucas van Leyden et Jan Steen, mais également des œuvres des artistes modernes, comme Theo van Doesburg, Jan Wolkers et Erwin Olaf. Les collections du musée sont régulièrement mises à l’honneur lors d’expositions de portée nationale et internationale. Le Lakenhal se veut un lieu connecté et innovant qui vise à faire le lien entre passé et présent en donnant l’occasion aux visiteurs de se confronter à des perspectives anciennes et nouvelles.

À l’occasion de la réouverture du musée, l’accès sera gratuit le samedi 22 et le dimanche 23 juin. Le public pourra admirer les pièces maîtresses de la collection permanente, désormais abritée dans l'ancienne halle aux draps (Laecken-Halle). Citons notamment Le Jugement dernier (vers 1526-27) de Lucas van Leyde, Le colporteur vendant des lunettes (vers 1624) de Rembrandt et Contre-Composition VII (1924) de Theo van Doesburg.

Au début du XVIIe siècle, Leyde est le berceau artistique de ce qui va devenir le Siècle d’Or de la peinture hollandaise. C’est là que Rembrandt et Jan Lievens font leur apprentissage et jettent les bases d’une œuvre dont la renommée ne tarde pas à dépasser les frontières néerlandaises. Leur travail reflète leur penchant pour l’expérimentation. À la même époque, Jan van Goyen et le peintre maritime Jan Porcellis renouvellent la peinture de paysage, tandis que Jan Davidsz de Heem et David Bailly portent à l’apogée de Rembrandt le genre de la vanité, ces natures mortes qui nous rappellent la vacuité des choses terrestres et le caractère éphémère de la vie.

Gérard Dou fut l'élève le plus doué de Rembrandt. Après le départ de son professeur pour Amsterdam en 1632, Dou se consacre à des peintures de petit format, chefs-d’œuvre de raffinement et de minutie. Inspiré par Rembrandt, il fonde l’École de Leyde, dite de la « peinture fine », dont les représentants, contrairement à Rembrandt ou Vermeer, parviendront à la reconnaissance internationale de leur vivant. Grâce à sa politique d’acquisition, le Musée Lakenhal abrite désormais l’une des plus importantes collections au monde de peinture fine.

La première exposition après la réouverture du musée est consacrée aux premières œuvres connues de Rembrandt, comme Le colporteur vendant des lunettes (vers 1624) et Scène d’après l’histoire antique ou l’Ancien Testament (1626). Le colporteur vendant des lunettes s’inscrit dans une série de tableaux sur les cinq sens que Rembrandt réalise vers l'âge de dix-sept ans. Si le jeune artiste expérimente encore en matière de technique et de perspective, l’utilisation du clair-obscur et la virtuosité de la touche annoncent déjà les chefs-d’œuvre qui vont faire sa renommée. Scène d’après l’histoire antique ou l’Ancien Testament est le premier autoportrait connu du peintre. L'œuvre originale a été restaurée. Une collaboration avec l’atelier de restauration du Rijksmuseum d’Amsterdam a permis de redonner à cette toile son éclat originel et de révéler toute la richesse de la palette du peintre.

Du 3 novembre 2019 au 9 février 2020 et pour la première fois, une rétrospective est consacrée exclusivement aux œuvres de jeunesse Rembrandt (1606-1669) . Le public est invité à regarder, pour ainsi dire, par-dessus l’épaule du jeune peintre pour mieux comprendre comment sa technique a pris forme et s’est affirmée. Après près de 400 ans, ces chefs-d’œuvre incomparables sont de retour dans la ville natale de l’artiste. Les visiteurs pourront y découvrir 50 tableaux, 70 gravures et 10 dessins. Ces œuvres dialoguent avec des réalisations d’autres artistes, tels Jan Lievens, Pieter Lastman et Jacob van Swanenburg. Cette exposition est organisée en collaboration avec le musée Ashmolean d’Oxford.

À l’occasion du 350e anniversaire de la mort de Rembrandt, de nombreux événements seront organisés à La Haye, Leyde, Leeuwarden et Amsterdam pour rendre hommage à l’artiste. Découvrez les Pays-Bas à travers les yeux du peintre lors d’une quinzaine d’expositions organisées par le Musée Lakenhal, le Fries Museum, le Maurithuis, le Rembrandthuis, les archives de la ville d’Amsterdam et le Rijksmuseum d’Amsterdam. Tous les renseignements sur www.rembrandt-2019.nl