Comment l’Amérique a aidé à libérer la Hollande

5 parmi 7 personnes a trouvé cet article positive.
Adresse :
Amerikaanse Begraafplaats 1
6269NA Margraten

Les États-Unis ont joué un rôle clé dans la libération de la Hollande de septembre 1944 à avril 1945, d’abord à Mesch, dans la province néerlandaise du Limbourg, puis dans le Brabant-Septentrional et la Gueldre. Des milliers de soldats américains ont donné leur vie pour briser une défense allemande soutenue par l’artillerie lourde et galvanisée par la peur des conséquences de la défaite. Suivez leur Route de la Libération.

  • Plongez dans l’histoire des batailles qui ont mené à la victoire alliée en Hollande.
  • Découvrez le seul cimetière militaire américain en Hollande.
  • Suivez la Route de la Libération pour marcher dans les pas des soldats américains qui ont participé à la libération de la Hollande.

L’arrivée des troupes américaines

Épuisés par quatre années de joug nazi et par la chaleur de l’un des étés les plus chauds qu’ils aient jamais connus, des agriculteurs néerlandais travaillent dans les champs et les vergers verdoyants, à proximité du village hollandais de Mesch. Ils entendent soudain un bruit étrange et se retrouvent encerclés par des soldats sans avoir eu le temps de comprendre ce qui se passe. Avant qu’ils ne puissent réagir, l’un des hommes en uniforme, une cigarette à la bouche et un sourire aux lèvres pour la première fois depuis des jours, leur lance : « Vous êtes libérés, les Alliés sont arrivés ! » Ces soldats appartiennent à la 30e division d’infanterie de l’armée américaine. Leur arrivée marque le début de l’action des États-Unis dans la libération de la Hollande.

Opération Market Garden

L’engagement américain dans la libération de la Hollande a été inestimable. Cinq jours à peine après l’entrée des troupes américaines dans Mesch, dans le sud de la province du Limbourg, des soldats américains sont largués derrière les lignes ennemies dans le cadre de l’opération Market Garden en Gueldre et dans le Brabant-Septentrional. Comptant parmi les plus grandes attaques aériennes jamais lancées, Market Garden vise à atteindre l’Allemagne depuis la Hollande en capturant des ponts stratégiques néerlandais, dont deux enjambant le Waal près de Nimègue. Des parachutistes américains de la 82e division aéroportée commandés par le général James Gavin atterrissent près du village de Groesbeek le dimanche 17 septembre 1944. Trois jours plus tard, sous les tirs incessants d’une défense allemande renforcée, un projet d’attaque simultanée des deux côtés des ponts est conçu et les troupes se voient obligées de traverser le fleuve en bateau. Les soldats franchissent le Waal sous un feu nourri, parvenant à atteindre la rive nord et à la conserver. De là, ils sécurisent les ponts et aident à libérer la ville de Nimègue. Au cours de l’opération, la moitié des 260 soldats de la 82e division aéroportée sont tués ou blessés. Pire, les Alliés ne parviennent pas à sécuriser le dernier pont sur le Rhin lors de la bataille d’Arnhem et l’opération est un échec.

Libération du Brabant et bataille d’Overloon

Malgré l’échec de l’opération Market Garden, les troupes américaines réussissent à libérer un couloir allant de la Belgique à Nimègue en passant par Eindhoven, ouvrant la voie à la libération du reste de la province du Brabant-Septentrional. La bataille d’Overloon, qui s’ouvre par un assaut des chars Sherman de la 7e division blindée américaine le 30 septembre 1944, vise à sécuriser ce couloir. Elle prend fin plus de deux semaines plus tard avec la libération de la ville néerlandaise de Venray par les Alliés après des combats qui figurent parmi les plus féroces de la Seconde Guerre mondiale. Vers la fin de la bataille, les Timberwolves de la 104e division américaine rejoignent les troupes alliées qui se battaient dans le Brabant occidental et central, contribuant à la libération de la province début novembre.

La monotonie de la guerre

Des mois de combats intenses suivent cette victoire, avec peu de terrain gagné d’un côté ou de l’autre. Conscients qu’ils sont en train de perdre la guerre, les Allemands combattent avec l’énergie du désespoir et sécuriser le Rhin demeure un objectif inaccessible pour l’armée alliée. En Hollande, les combats s’enlisent. La monotonie de la guerre prend le pas sur la terreur, les soldats sur le front luttant principalement contre le froid intense d’un hiver aussi impitoyable que l’ennemi.

Reddition de l’Allemagne et libération du Limbourg

Le 8 février 1945, les troupes britanniques et canadiennes lancent l’opération Veritable pour amener les Alliés au Rhin grâce à un dispositif en tenaille appuyé par le lancement simultané de l’opération Grenade des forces américaines. Malheureusement, l’opération Grenade est bloquée par l’inondation de la Ruhr provoquée par les Allemands. La guerre connaît un tournant le 23 février 1945. Le niveau de la Ruhr a alors suffisamment baissé pour que les Américains puissent la traverser, ce qui lance l’action retardée. Après la prise de Roermond et Venlo, le 3 mars, les Américains font jonction avec les troupes britanniques à Geldern en Allemagne. Vaincus, les Allemands restés dans le Limbourg se rendent. La libération de la province, qui a débuté le 12 septembre 1944, est enfin terminée. Les troupes américaines sont entrées en Allemagne après avoir fortement contribué à libérer la Hollande de l’un des régimes les plus oppressifs de l’Histoire.

Visitez le cimetière américain et le mémorial

Aujourd’hui, lors du Jour du souvenir, des visiteurs de Hollande et du monde entier continuent à déposer des bouquets et des couronnes sur les 8 301 pierres tombales du Cimetière militaire américain de Margraten, rendant ainsi hommage aux soldats qui ont joué un rôle déterminant dans la protection de la liberté dont nous jouissons tous aujourd’hui. 1 722 noms supplémentaires sont inscrits sur les Murs des disparus. Le projet baptisé The Faces of Margraten vise actuellement à recueillir des photographies personnelles pour mettre 10 023 visages sur les 10 023 noms de ceux qui ont donné leur vie pour la Hollande.

Conseil de la rédaction : au cimetière de Margraten, vous trouverez également les « Visages derrière Margraten » et le concert de libération a lieu ici chaque année !

Route de la Libération

Découvrez cette route commémorative historique qui relie les étapes les plus importantes au cours de l'avance des alliés.

Plus Route de la Libération

Musées

Un musée avec une histoire

Faites-vous une idée de l'histoire européenne de la Seconde Guerre mondiale. Au Musée Eyewitness, différentes scènes de guerre sont représentées dans des dioramas magnifiquement conçus.

La guerre et la liberté à Nimègue

Dans le Centre d'information WO2 de Nimègue, vous découvrirez tout sur les histoires, le patrimoine historique, les expositions et les musées de la Seconde Guerre mondiale « dans la région de Nimègue ».

© Liberation Route Europe

Les visages de Margraten

Plus de 8 000 soldats sont enterrés à Margraten, dans le seul cimetière de guerre américain en Hollande. Qui étaient-ils ? Avec « Les visages de Margraten », la population locale donne chaque année un visage aux soldats américains qui y sont enterrés en plaçant leur photo près des croix.

Célébrez la liberté

Tous les ans, au cimetière de Margraten se déroule le concert de libération. Recueillez-vous et pensez aux soldats courageux qui se sont battus pour la libération de la Hollande et célébrez la vie !

© Liberation route

Musée Geronimo à Eerde

Découvrez l'histoire passionnante de la libération d'Eerde au Musée Geronimo, dans le moulin restauré qui a joué un rôle particulier pendant l’opération Market Garden.