Opération Veritable

À l’hiver 1944, les unités alliées de la zone d’opérations sont enlisées à de nombreux endroits autour de Nimègue. Avant le début de l’opération Veritable, également appelée bataille de Reichswald, les affrontements statiques sont nombreux. Cette intervention marque un tournant décisif qui annonce la fin de la Seconde Guerre mondiale. La première partie de l’offensive rhénane, une vaste opération visant à reprendre le contrôle de la région située à l’ouest du Rhin et à la traverser, réunit un grand nombre de soldats britanniques, canadiens et américains dont la mission est de repousser les puissances de l’Axe vers l’Allemagne.

  • Découvrez l’histoire de l’opération Veritable et son impact sur la libération de la Hollande.
  • Visitez les principaux sites des combats autour de Groesbeek et de Nimègue.
  • Rendez hommage aux soldats alliés tombés dans la forêt de Reichswald au cimetière de guerre canadien de Groesbeek.

Marchez dans les traces des Alliés lors de l’opération Veritable

Planifiée par le maréchal Montgomery, l’offensive de la Rhénanie prévoit plusieurs attaques à grande échelle visant à enfoncer la ligne de défense des Allemands en Europe occidentale. L’opération Veritable consiste à prendre en tenaille les troupes ennemies afin de déloger les forces allemandes de la zone située entre la Meuse et le Rhin, un front de seulement 12 km de large. Après avoir rassemblé plus de 500 000 soldats autour de Groesbeek et de Nimègue, dans l’est de la Hollande – y compris la 1re Armée canadienne dirigée par le général Crerar et le XXXe corps britannique, commandé par le lieutenant-général Horrocks – l’opération Veritable est finalement lancée le 8 février 1945. Pour encercler les Allemands, les forces britanniques et canadiennes doivent arriver du nord, leurs alliés américains fermant le piège au sud.

Découvrez le fameux plan de bataille visant à prendre l’ennemi en tenaille

En temps de guerre, les choses se déroulent rarement sans anicroche. Le mouvement en tenaille est enrayé lorsque les Allemands font sauter le barrage de la rivière Roer, provoquant de graves inondations et bloquant la 9e armée américaine de Simpson. Les bataillons britanniques et canadiens doivent par ailleurs affronter dans le même temps les Allemands et des conditions météorologiques défavorables. Un brusque réchauffement de la température provoque le dégel du sol qui se transforme en un épouvantable bourbier pour les soldats et les véhicules. Les Alliés possèdent un grand avantage numérique avec les régiments britanniques et canadiens positionnés sur la ligne de front, mais les Allemands exploitent les conditions et le terrain pour protéger la forêt dense de Reichswald transformée en piège mortel par des tranchées, fosses à mortier, barbelés et fossés antichars.

La sanglante bataille de Reichswald

Avant que la bataille ne s’engage sérieusement, un énorme barrage d’artillerie allié – le plus lourd jamais vu sur le front occidental au cours de la Seconde Guerre mondiale – détruit les positions ennemies en prévision de l’offensive principale. Il est soutenu par des attaques aériennes qui empêchent les Allemands de déployer des renforts. Mais lorsque le signal est donné aux forces d’assaut de commencer à ramper vers les soldats allemands hébétés, la tâche s’avère ardue et l’avancée des troupes alliées est rapidement enrayée. Dans certaines zones, les hommes combattent avec de l’eau glacée jusqu’à la taille. Les explosions dévastatrices de mines cachées endommagent les chars et les véhicules, obstruant les quelques chemins utilisables. La pluie tombe sans discontinuer pendant des jours transformant le sol, défoncé par les obus et les véhicules lourds, en épaisse gadoue.

Cette bataille impitoyable est à l’image du reste de la guerre. Les soldats survivants décriront la forêt de Reichswald comme un abattoir et relateront des actes de violence d’une grande brutalité et des combats sans pitié d’homme à homme. Arbres et bâtiments sont détruits. Dwight Eisenhower décrira plus tard l’opération Veritable comme « une des campagnes les plus féroces et les plus terribles de la guerre, une lutte acharnée, véritable épreuve d’endurance entre les Alliés et les Allemands. »

Un moment clé dans la libération de la Hollande

Les soldats britanniques et canadiens continuent toutefois à combattre, les fantassins toujours soutenus par des chars lourds et l’artillerie. Environ deux semaines après le début de l’offensive, les Britanniques prennent position sur la lisière est du Reichswald, qu’ils avaient prévu d’atteindre en seulement trois ou quatre jours. Et lorsque les inondations commencent finalement à se résorber, les Américains lancent l’opération Grenade, refermant la tenaille.

La traversée du Rhin le 23 mars 1945 sera la dernière bataille acharnée entre les Alliés et les Allemands en Europe. Le succès final de l’opération Veritable et l’offensive en Rhénanie ouvrent la voie à la libération progressive des villes et villages de Hollande. Avec des Allemands incapables de défendre la Rhénanie, les commandants alliés peuvent poursuivre en toute confiance les efforts de libération dans le reste du pays et bon nombre de soldats survivants sont envoyés au nord, à l’ouest et au sud du pays dans ce but.

Le tribut payé par les soldats est néanmoins élevé. Lors de l’opération Veritable, les Alliés ont perdu 23 000 hommes et les Allemands 38 000, nombre d’entre eux étant inhumés au cimetière de guerre canadien de Groesbeek et au cimetière de guerre de la forêt de Reichswald, juste de l’autre côté de la frontière allemande à Kleve.

Visitez le cœur de l’opération Veritable

La zone au cœur de l’opération Veritable est étonnamment petite, ce qui permet d’en découvrir aisément les lieux clés dans le cadre de visites guidées ou autoguidées. Depuis Nimègue, vous pourrez facilement accéder à la forêt de Reichswald ainsi qu’à d’autres sites clés de l’opération Market Garden et de la bataille d’Arnhem. Pour mieux comprendre l’offensive de Rhénanie, visitez le Musée de la Libération nationale 1944-1945. Niché dans un paysage verdoyant et luxuriant, il offre un espace serein pour découvrir la libération de la Hollande par le biais d’expositions interactives ou non, de films, d’enregistrements audio et d’évènements spéciaux. À quelques kilomètres de la frontière allemande, le centre des visiteurs Martinustoren de Gennep est un autre lieu émouvant de la libération. Regardez les courts-métrages, écoutez une pièce radiophonique et arrêtez-vous devant les bornes audio marquées par de gros rochers le long de la route de la libération pour en savoir plus sur cette époque tumultueuse de l’histoire du monde.

Séjournez à Nimègue

Réservez votre séjour dans la ville historique de Nimègue. Goûtez au luxe du Sanadome Nimègue situé au cœur d’une oasis boisée à la périphérie de la ville. Si vous préférez passer la nuit au centre-ville, optez pour le confort de l’Hôtel de Prince.

Nous recommandons: Tout savoir sur la libération de la Hollande et les forces alliées qui ont joué un rôle clé dans la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Route de la Libération

Découvrez cette route commémorative historique qui relie les étapes les plus importantes au cours de l'avance des alliés.

Plus Route de la Libération