© NBTC / Bring yourself
Bring yourself

Mama Agatha donne des cours de vélo

Depuis 2009, je donne des cours de vélo à des femmes étrangères, des migrantes et des réfugiées, à Amsterdam. Je suis moi-même originaire du Ghana. Les gens m’appellent aussi Mama Agatha, je suis devenue une sorte de mère de la communauté.

Bring yourself, Agartha will do the same

Agartha Frimpong (mieux connue sous le nom de Mama Agatha) a 67 ans. Elle donne des cours de cyclisme à la Fondation Motivation & Intégration à Amsterdam.
Je suis là pour tout le monde. Si vous avez un problème et que je peux vous aider, je le ferai. Aider les gens est mon passe-temps, donner de l’amour aux autres. Dans ma jeunesse, je n’ai pas reçu beaucoup d’amour et je me sentais seule et triste. Un jour je me suis dit: «ce que je n’ai pas eu, je vais le donner à d’autres». Mon père est maintenant décédé, ma mère vit toujours au Ghana. Heureusement, j’ai pu construire une bonne relation avec eux plus tard dans ma vie.

Plus d’activité physique et de contacts sociaux

Dans le quartier, de nombreuses personnes ne font pas de sport. Une femme est morte dernièrement d’une crise cardiaque et cela m’a fait réfléchir. Une fois, lors d’une réunion, des agents de la ville sont venus à vélo. Avec deux autres femmes, nous sommes allées les voir sans hésiter: nous voulons nous aussi faire du vélo. Et ce que je dis, je le pense. Donc j’ai d’abord appris à faire du vélo moi-même. Et puis, j’ai créé la fondation Women Motivation & Integration. Nous proposons des cours de vélo, de couture et d’autres activités. Nous souhaitons que les femmes du quartier fassent plus de sport et qu’elles se rencontrent.

Faire du vélo m’a beaucoup apporté et fait aller très loin. Nous avons commencé avec 23 femmes et, actuellement, quelque 2 500 personnes ont déjà pris des cours de vélo. Des femmes, et ensuite des hommes. En 2015, un documentaire intitulé Mama Agatha a été réalisé sur moi. Ce film a été projeté dans toutes sortes de festivals et a même remporté des prix. On m’a demandé partout de parler de mes cours de vélo. Je suis allée à Leipzig et même à Washington DC.

Faire du vélo est bon pour la santé et permet d’avoir un style de vie plus actif. Mais c’est aussi un moyen de transport.

Croyez en vous

Nous commençons souvent les cours de vélo par dix tours de marche avec le vélo à la main. Votre vélo doit devenir votre ami. Ensuite, on utilise le vélo comme une trottinette, avec un pied sur la pédale. Nous avançons tout doucement. Nous leur apprenons d’abord à faire du vélo sur un parking et plus tard sur la voie publique. Certaines femmes ont très peur de tomber au début. C’est fantastique de les voir prendre peu à peu confiance. Je dis souvent aux autres: croyez en vous. Laissez derrière vous ce qui vous est arrivé dans le passé et regardez devant vous. Ayez confiance en Dieu et croyez en vous. C’est mon leitmotiv.

Un vélo à soi

Lorsque vous réussissez l’examen, vous recevez un vélo que vous pouvez ramener chez vous. Ce vélo ouvre tellement de possibilités aux gens. Faire du vélo est bon pour la santé et permet d’avoir un style de vie plus actif. Mais c’est aussi un moyen de transport. Les gens du quartier ont de petits budgets. Grâce à leur vélo, ils peuvent aller à l’école et au travail, et faire du vélo en famille avec leurs enfants.

Young woman bicycle on a wind blown dike in Holland, wind turbines in the background

Le vélo comme mode de vie – Pourquoi le vélo est ancré dans notre ADN

Grimpez sur votre vélo et découvrez la culture cycliste néerlandaise, rencontrez de nouveaux pionniers du cyclisme et laissez-vous inspirer pour découvrir notre beau pays à vélo.

En savoir plus