Histoires de la Hollande : L’Eau - Comment l'eau donne la vie aux Pays-Bas - Holland.com
Histoires hollandaises

L’Eau

Commencer ici !

Les Pays-Bas, la vie avec l'eau

Il y a un élément fondamental récurrent qui traverse l'histoire des Pays-Bas et qui lie ses habitants : l'eau. Depuis les tribus du Mésolithique, qui chassaient en canoë jusqu'aux explorateurs, qui partaient en mer et s'aventuraient au-delà des limites du monde connu, l'eau a toujours façonné les Pays-Bas et son peuple. Même si l'écrivain romain, Pline l'Ancien, a décrit ce pays comme « une terre pitoyable inondée deux fois par jour », les Néerlandais ont réussi à le transformer en l'une des nations les plus prospères du monde. L'eau nous donne la vie, et nous ne pourrions pas vivre sans elle.
Qu'il s'agisse d'une vie passée à parcourir le monde, à naviguer sur des canaux idylliques ou à pêcher le poisson, le peuple néerlandais est connu et respecté dans le monde entier pour sa relation avec l’eau. Ce n'est pas un amour ordinaire : c'est un lien qui s’est forgé au fil de l'histoire et des générations, un lien qui se renforce chaque jour. Le flux de l'eau façonne notre identité : il a permis de créer au 17e siècle le premier réseau de transport public au monde, en utilisant des bateaux de passagers pour parcourir un paysage autrement infranchissable, et il inspire nos plus grands événements culturels, comme l'Elfstedentocht (Tour des Onze Villes), une course de patins à glace de 200 km le long de canaux gelés. En fait, le fait de vivre avec l'eau explique aussi le caractère direct et pragmatique des Néerlandais : pour survivre, nous avons dû travailler ensemble et être décisifs. Cette approche a même son propre mot dans notre langue : poldermodel.

L'eau ne s'immisce pas seulement dans la vie des Néerlandais, elle traverse pour ainsi dire le sol : un cinquième de la surface totale du pays est constitué d'eau. La relation des Pays-Bas avec l'eau est une relation d'équilibre, une question de vie ou de mort. Nous pouvons avoir de l’affection pour elle, mais nous avons dû lutter contre l'eau pour presque chaque parcelle de terre où nous habitons maintenant. Nous avons commencé à gagner des terres sur la mer pour y vivre dès le XIVe siècle. Aujourd’hui, nous poursuivons ce travail non seulement pour permettre à la nature de s’épanouir, mais aussi pour construire des villes modernes. Près d'un tiers de notre pays se trouve sous le niveau de la mer, et sans son paysage fascinant de fossés, de canaux, de lacs, de rivières, d'éoliennes, de polders et de digues, la moitié du pays serait inondée.

Si vous avez la chance de visiter les Pays-Bas, vous constaterez immédiatement cette relation spéciale. Outre les canaux qui serpentent le long de nos rues et les files de péniches le long de nos voies navigables, vous serez impressionnés par les moulins à vent monumentaux, les réserves naturelles riches en eau, les stations de pompage historiques, les belles plages, les magnifiques musées et les sites du patrimoine mondial de l'UNESCO à découvrir. Alors, partez en voyage avec nous et laissez-vous inspirer par notre relation particulière avec l'eau.

Le saviez-vous

Il y a plus de 10 000 péniches habitées aux Pays-Bas !

La culture des roseaux dans les zones humides néerlandaises

Le parc national Weerribben-Wieden est l'un des plus beaux endroits aux Pays. C'est un paradis bucolique marqué par une nature abondante, des fermes animées et des bâtiments historiques. Ici, à côté des voies navigables remplies de bateaux, des pistes cyclables et des maisons séculaires au toit de chaume, se trouve la maison de Johan et Yfke de Dood, une famille de cultivateurs de roseaux depuis sept générations.

« L'eau a toujours fait partie de ma vie », explique Johan en sirotant un café dans la partie éducative de l'entreprise familiale. « Cette zone humide a une riche histoire pour moi et mes ancêtres. » La zone humide à laquelle il fait référence est le parc national Weerribben-Wieden - la plus grande zone marécageuse du nord-ouest de l'Europe - où de magnifiques lacs, étangs et canaux sont entrecoupés de tourbières, de roselières et de forêts. « J'ai l'impression d'être en vacances tous les jours », ajoute Johan, « c'est si beau ici. Nous travaillons sur un terrain magnifique. Et il y a tant de plantes et d'animaux particuliers. »

Le quotidien de la famille De Dood change au rythme de l’eau. « L'eau ne s'arrête jamais et évolue toujours différemment », explique Yfke. « Elle peut être calme ou dévastatrice. Lorsque le Zuiderzee était encore là, les digues ont cédé plusieurs fois, ce qui a façonné la région dans laquelle nous vivons aujourd'hui. Cela rend le travail dans la région encore plus beau et signifie qu'il n'y a jamais deux jours identiques. »

Notre travail n'est pas un emploi, mais un mode de vie.

Outre la culture des roseaux, la famille fait office de gardes forestiers et contribue à faire connaître la région et son artisanat aux visiteurs. « Beaucoup de gens n'ont aucune idée de ce que nous faisons et pourquoi », dit Johan. « J'espère qu'en transmettant nos connaissances, nous pourrons aider les gens à mieux comprendre pourquoi la nature et l'eau sont si importantes. Cela pourrait les inciter à prendre mieux soin du monde qui les entoure. »

Tout comme son père, son grand-père et son arrière-grand-père, Johan connaît intimement chaque centimètre de sa terre. Il peut indiquer où vivent les loutres et où nichent les busards. « Ma place est ici, notre place est ici. C’est un lien très intense », dit-il avec nostalgie, en regardant la terre qui a contribué à former sa famille depuis des générations.

Leur jeune fils, Joey, se sent également bien parmi les roseaux, et Johan espère qu'il pourra perpétuer la tradition familiale. « Si Joey veut continuer l'entreprise en tant que huitième génération de cultivateurs de roseaux, il aura la même chance que mes parents m'ont donnée », dit-il. « Ce serait bien si nous pouvions transmettre cette tradition, mais la décision revient à Joey. »

Les bons conseils de Johan et Yfke de Dood
« Il y a tant d'endroits où vous pouvez explorer la relation du peuple néerlandais avec l'eau. Si vous vous rendez dans l'un des polders, vous verrez pourquoi et comment nous avons créé notre propre terre pour y vivre et y travailler. Chacun de ces polders est unique et a son propre caractère. La région dans laquelle nous vivons est vraiment spéciale. Vous pouvez vous asseoir dans la nature et ne voir personne d'autre, juste contempler le paysage avec une loutre à vos côtés. »
Gestion de l'eau
Comment l'eau a façonné les Néerlandais

La gestion de l'eau et le paysage néerlandais en constante évolution

En janvier 1953, une énorme tempête frappe les Pays-Bas. Des coups de vent violents combinés à une marée de printemps font monter le niveau de la mer à des hauteurs exceptionnelles. Alors que les gens dorment - apparemment en sécurité - dans leur lit, les digues se brisent et les terres sont inondées. Aucune alerte ne peut être donnée : il n'y a pas d'émissions radio pour les situations d’urgence et les stations météorologiques sont fermées. Cet évènement est la pire catastrophe dans l’histoire des Pays-Bas, avec plus de 1 800 morts et 70 000 personnes évacuées.

Suite à ce raz-de-marée dans la mer du Nord en 1953 et connu sous le nom de « Watersnoodramp », le peuple néerlandais a pris la résolution de ne plus jamais laisser une tragédie comme celle-ci se reproduire. Bien que le pays ait été confronté à de nombreuses inondations au cours de son histoire, aucune n'a eu le même impact que celle de 1953. Cette catastrophe a ouvert la voie à la création du Plan Delta, un réseau de barrages, de digues, d'écluses et de barrières anti-tempête. Composé de 13 sections, il constitue le plus grand système de protection contre les inondations au monde et est considéré comme l'une des Sept Merveilles du Monde moderne.

Les barrages anti-inondation du Plan Delta en Zélande sont spectaculaires - une construction en béton si énorme qu'il a fallu plus de 50 ans pour la réaliser. C'est une expérience impressionnante que de monter sur l'immense structure et d’observer avec émerveillement les énormes quantités d'eau qui s'écoulent sous vos pieds. Un autre point d'intérêt émouvant se trouve à Zierikzee, où une statue en bronze d'une mère protégeant son enfant honore les victimes des inondations de 1953. À Ouwerkerk en Zélande, à quelque 60 km au sud de Rotterdam, le musée Watersnoodmuseum est l'endroit idéal pour découvrir l’effet que l'eau a eu sur les Pays-Bas. Formé par les marées au cours des mois qui ont suivi l'inondation de 1953, le ruisseau qui jouxte le musée sur l'île de Schouwen-Duiveland est devenu l'habitat d'une faune et d'une flore impressionnantes.

Outre les structures titanesques du Plan Delta, la digue Afsluitdijk est un autre élément clé du système néerlandais de gestion de l'eau. Cette digue colossale de 32 kilomètres de long protège les Pays-Bas de la mer depuis 1932. Elle est un symbole national de la relation du peuple néerlandais avec l'eau. Sur un relief du monument surmontant cet exploit d'ingénierie sont inscrits les mots « Een volk dat leeft bouwt aan zijn toekomst », soit « Un peuple qui vit, construit son avenir ». C'est un hommage approprié à la persévérance du peuple néerlandais à apprivoiser l'eau avec laquelle il vit.

Bien sûr, la mise au point des défenses contre les inondations les plus avancées du monde passe par la pratique. C'est ainsi qu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Waterloopkundig Laboratorium de Flevoland, un laboratoire d'hydrologie, a été créé. Ici, l'eau pouvait être acheminée vers et depuis des modèles d'essai à grande échelle sans pompe. Des bassins en béton étaient utilisés pour tester le mouvement des vagues, et des modèles à l'échelle des écluses et des ports avaient été réalisés, tout cela aidant les ingénieurs néerlandais à comprendre comment ils pouvaient développer des projets comme le Plan Delta.

Comment le flux de l'eau façonne la vie du peuple néerlandais

Jusqu'au 8e siècle, les plaines néerlandaises étaient des marais inhabitables. Au tout début, les moulins à vent étaient essentiels pour extraire l'eau afin de créer de nouvelles terres. En fait, les communautés néerlandaises utilisaient même la position des voiles pour annoncer des décès ou des mariages. Tout au long de l'histoire, le réseau complexe de canaux, de digues, de dunes, de barrages et de moulins pour le pompage de l'eau des Pays-Bas a influencé le paysage. Ici, au milieu des prairies verdoyantes, des digues et des vastes réserves naturelles, les tulipes fleurissent, l'agriculture prospère et la faune sauvage s'épanouit. Et, bien sûr, ce paysage serein et plat est parfait pour une balade à vélo. 

Vous pouvez voir à quel point le paysage a changé sur le site du Beemster, inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO, la plus ancienne région de polders des Pays-Bas. Entre 1607 et 1612, 43 moulins à vent ont été utilisés pour récupérer des terres, sur une zone de la mer intérieure, afin de créer le polder. En fait, les premières actions financières au monde ont été émises pour ce projet, et les personnes qui y avaient contribué recevaient une parcelle de terre récupérée à titre de rétribution. Aujourd'hui, le Beemster et son voisin De Schermer n'ont pratiquement pas changé depuis cette époque, avec des moulins à vent pittoresques, des voies navigables, des digues et des moulins restaurés. Allez découvrir De Eenhoorn, l'une des plus grandes des 350 fermes dites « stolpboerderijen » de la région - des fermes néerlandaises traditionnelles avec des toits en forme de pyramide.

Que vous naviguiez dans son port historique ou que vous séjourniez dans un ancien hôtel transformé en château d'eau, la magnifique ville de Dordrecht est l'endroit idéal pour découvrir comment les Néerlandais vivent avec l'eau. Située au confluent de plusieurs rivières, la plus ancienne ville des Pays-Bas abrite un millier de monuments, dont certains ont été transformés en restaurants, musées ou théâtres. Tout proche de Dordrecht se trouve le parc national du Biesbosch, un delta d'eau douce unique en son genre, qui comprend environ 8 000 hectares de petites rivières et de ruisseaux. Une balade en canoë à travers des ruisseaux sinueux et des bois de saules non loin des barrages de castors fait plutôt penser aux montagnes Appalaches américaines, mais est extrêmement populaire dans cette zone de marées d'eau douce unique.

Utiliser l'eau pour créer un art néerlandais d’envergure mondiale

Dans une ancienne verrerie de Rotterdam, aujourd'hui transformée en atelier d'art futuriste, les ingénieurs et les designers travaillent à pied d’œuvre pour rendre possible l'impossible. Il s'agit du Studio Roosegaarde, également connu sous le nom de Dream Factory, qui abrite l'artiste, designer et architecte néerlandais Daan Roosegaarde. Parmi ses créations avant-gardistes - des installations qui combinent la nature, le design et la technologie dans des formes époustouflantes incitant à la réflexion – l’artiste se souvient de son enfance à Nieuwkoop, une ville néerlandaise célèbre pour les Nieuwkoopse Plassen : des lacs peu profonds qui ont été creusés pour l'exploitation de la tourbe au 16e siècle et qui sont aujourd'hui désignés comme patrimoine naturel.
« Je n'avais pas le droit d’aller jouer dehors avant d'avoir décroché mon diplôme de natation », explique Daan. « L'eau était partout. Et nous jouions toujours avec, je m'en souviens très bien. Nous construisions des cabanes dans les arbres et nous reliions des câbles entre les petites îles afin de pouvoir glisser sur l'eau entre elles. »
Vous êtes toujours en train de découvrir des choses ; le paysage change constamment.
Daan Roosegaarde

En grandissant et en expérimentant, il a forgé sa relation avec l’eau, qui se retrouve maintenant dans son travail. « J’ai découvert et réalisé que le paysage n'est pas quelque chose d’immuable, c'est quelque chose dont vous faites partie », dit Daan. « À l’époque, je construisais mes cabanes dans les arbres, maintenant je travaille les arbres, ou sur un projet comme Waterlicht, où nous avons créé une inondation virtuelle en utilisant des LED et des lentilles optiques pour sensibiliser à la montée des eaux.. Là aussi, je suis animé par la curiosité, par le désir d'explorer les possibilités. »

Son expertise dans la création artistique, qui explore la relation entre les gens et la technologie, lui a valu une participation à Icoon Afsluitdijk, un programme de design commandé par le gouvernement néerlandais pour souligner la valeur iconique de l'Afsluitdijk. « L'Afsluitdijk est l'un des plus beaux endroits du monde », explique Daan, « construit à la main en 1932. C'est une région brutale, où les tempêtes, le vent et la pluie se heurtent. Mais c'est vraiment le pouvoir de la nature et de la culture qui se rencontrent. J'ai été très honoré d'y travailler. »

Daan dit que l'art néerlandais a toujours été inspiré par le paysage, et que l'eau fait partie de l’inconscient de la nation néerlandaise. « Les artistes néerlandais ont toujours été obsédés par le paysage néerlandais. Même des artistes comme Rembrandt ou Rubens étaient fascinés par l'eau et le ciel hollandais. Ils l'ont peint des milliers de fois. Je me sens Hollandais, vous savez, je ressens cette sorte d'amour et de lutte avec le paysage. C'est un excellent ingrédient pour la créativité. »

Les bons conseils de Daan Roosegaarde
« Ne manquez pas d’aller voir l'Afsluitdijk, mais aussi Kinderdijk. Quand vous y allez, vous regardez les moulins à vent et vous imaginez ce que les habitants de l’époque ont ressenti. Les moulins devaient leur faire penser à des vaisseaux spatiaux. Comme si des extraterrestres avaient débarqué. Ce sont des machines et elles aident à gérer l'eau et les gens vivent dedans. Et, en même temps, ces moulins correspondent à notre définition de la beauté. Ils sont l’illustration parfaite de comment quelque chose d’extrêmement pratique devient poétique et de comment quelque chose de fonctionnel éveille la fantaisie. »
Art, alimentation et culture
L'influence de l'eau

Comment l'eau influence l'art, la nourriture et la culture

Dans son poème « Mémoire de la Hollande », le grand poète hollandais, Hendrik Marsman, écrit : « Et dans chaque province, la voix de l'eau, avec ses clapotis de catastrophes, suscite crainte et respect. » C'est une évocation appropriée de l'esprit néerlandais : l'eau forme ce que nous sommes, et l'eau façonne donc notre culture. Elle nous a aidés à prospérer économiquement, mais c'est aussi une source de plaisir et de créativité. Pendant les chauds mois d'été, nous pique-niquons et jouons sur les plages et les lacs ; en hiver, nous patinons sur la glace.

L'eau submerge aussi notre art. Les sujets marins sont les thèmes favoris des artistes hollandais même dans leurs premières œuvres. Qu’il s’agisse des scènes de tempête de Rembrandt ou de la statue géante de l'artiste britannique, Antony Gormley, qui se trouve au sommet d'un barrage sur la côte de Lelystad, on trouve des œuvres d'art inspirées par l'eau dans tout le pays. Et que ce soit une vue sereine sur la mer, des canaux gelés ou une bataille navale épique entre les Hollandais et les Espagnols, l'expérimentation avec la lumière, l'eau et les peintures a influencé, tout naturellement, l’ensemble des artistes hollandais.

Partout aux Pays-Bas, vous trouverez également des exemples emblématiques du mouvement artistique connu sous le nom de « land art » :des œuvres d'artistes de renommée internationale ont été inspirées par le paysage néerlandais. La province du Flevoland, qui abrite également des réserves naturelles, des plages, une architecture moderne, et qui est la plus grande région de bulbes de fleurs, attire de nombreux amateurs de land art. L'Aardzee (mer de terre), l'une des plus grandes œuvres d'art des Pays-Bas du sculpteur néerlandais Piet Slegers, se trouve au centre de la province. Elle représente la transformation du Zuiderzee en terres regagnées sur l’eau. La statue « Exposition » d'Antony Gormley, une statue de 26 mètres de haut représentant un homme accroupi qui regarde le lac Markermeer, est posée sur un barrage à côté de la ville de Lelystad. Gormley a été inspiré, pour créer cette gigantesque œuvre d'art, par le paysage intact qui l'entoure.

Les artistes ne se contentent pas d'utiliser le paysage comme source d'inspiration. Ils utilisent même les matériaux, que les Hollandais utilisaient à l’époque pour la gestion de l'eau, pour créer de nouveaux arts. Un exemple est le « Deltawerk// » du Waterloopbos, un bassin en béton de 250 mètres de long, qui était autrefois utilisé pour tester les défenses contre les inondations, a été démonté et inondé par les artistes Ronald Rietveld et Erick de Lyon pour créer « un monument de la lutte néerlandaise contre l'eau ». C'est à la fois une ode au passé et un grand travail d'ingénierie, ainsi qu'une approche radicalement nouvelle de l'élaboration d'un nouveau patrimoine culturel aux Pays-Bas. Un autre exemple est « Portes de la lumière » de Daan Roosegaarde sur l'Afsluitdijk, qui illumine les vannes monumentales avec un matériau rétroréfléchissant qui brille dans les phares des voitures qui arrivent. Alors que vous roulez, un paysage futuriste s'illumine autour de vous, baignant la structure colossale et les environs dans une lumière venue d'un autre monde.

La pêche et l'agriculture aux Pays-Bas

L'eau a également contribué à alimenter le commerce aux Pays-Bas, et plus particulièrement le commerce de la pêche. C'est cette industrie qui a contribué à la prospérité économique des Pays-Bas au 15e siècle et qui était principalement implantée sur l'ancien Zuiderzee. À l'origine, cette grande mer intérieure était constituée par un ensemble de petits lacs appelés « Almeare » à l'époque romaine. Elle a par la suite pris sa forme contemporaine après une série d'inondations vers 1200. Au cours des siècles qui ont suivi, le Zuiderzee est devenu un élément vital pour les communautés hollandaises vivant sur ses rives, mais la navigation dans la région restait extrêmement difficile, car les navires étaient souvent malmenés par les tempêtes ou chaviraient dans les bas-fonds. À ce jour, des centaines d'épaves ont été découvertes sur les anciens fonds marins.

La construction de l'Afsluitdijk a entraîné la disparition du Zuiderzee, le lac créé à sa place est le dénommé « IJsselmeer » - et finalement la création de la Markermeer, suite à l'ouverture de la Houtribdijk en 1975. Certes, l'eau de mer salée a disparu et les stocks de poissons ont diminué, mais vous pourrez encore découvrir ce riche patrimoine en visitant des villes et villages maritimes historiques comme Urk, Enkhuizen, Lemmer et Workum, où la culture du Zuiderzee existe toujours, chaque endroit ayant son propre caractère. Découvrez comment le peuple hollandais a vécu au bord de l'eau au Musée Zuiderzeemuseum Enkhuizen. Situé dans un beau village de pêcheurs au bord du lac de l’IJssel, ce musée en plein air fait revivre l'histoire des habitants du Zuiderzee.

À l'autre bout du pays, en Zélande, s’étend le parc national de l'Escaut oriental, un monde de vasières, de marais salants et de bancs de sable. Dans ces endroits, vous pourrez encore vous laisser émerveiller par un monde sous-marin regorgeant d'huîtres, de crabes, de homards, de palourdes, de crevettes et de nombreuses autres sortes de poissons et de crustacés. Plusieurs écoles de plongée emmènent les visiteurs en expédition pour explorer cet environnement aquatique, et dans les restaurants locaux, les visiteurs peuvent déguster les produits fraîchement pêchés, comme les véritables homards, huîtres et palourdes de l'Escaut oriental.

L'eau a également influencé la cuisine néerlandaise. Le sol limoneux issu de l’assèchement des marais est parfait pour faire pousser des herbes riches et des produits abondants. Ces herbes riches ont contribué à la réputation des vaches hollandaises dans le monde entier. En fait, une vache frisonne de race Holstein, nommée Pauline Wayne, a même fourni du lait frais à William Howard Taft, le 27e président des États-Unis. Pauline vivait à la Maison-Blanche, broutant l'herbe de ses pelouses, et bizarrement, elle a même été interviewée une fois par le Washington Post.  

Les vaches bien nourries des Pays-Bas produisent un lait riche, qui est aussi parfois transformé en un autre symbole national : le fromage hollandais. Selon les dernières données, les Néerlandais sont les troisièmes consommateurs de lait au monde. Et même si la cuisine néerlandaise reste encore largement méconnue, le fromage, lui, est devenu l’un des symboles emblématiques du pays.

La vie sur les îles néerlandaises

Avec un nom de famille qui est le mot néerlandais pour « brochet », il semble inévitable que Rein Snoek se sente proche de l'eau. Autre argument en sa faveur : il est originaire de l'ancienne ville de pêcheurs d'Urk, une ancienne île qui fait maintenant partie de Flevoland avec les terres récupérées sur l’eau. Toutefois, Urk reste véritablement indépendante, se vantant même d’avoir son propre dialecte et son propre folklore. Par exemple, on dit qu'il y a deux types de personnes : les gens d’Urk et les étrangers. Et si les bébés nés à Urk sont censés venir d'une grande pierre appelée « Ommelebommelestien » (pierre d'Ommel-Bommel) située devant le phare de la ville, les bébés des personnes qui ne sont pas originaires de l'île sont censés naître d'un chou.  

Rein partage l'amour de sa ville pour l'humour et l'eau. « J'ai passé la plus grande partie de ma vie sur l'eau - cela a été un facteur proéminent dans ma vie. Pendant 22 ans, j'ai été pêcheur et j'ai passé 17 ans comme bénévole sur des bateaux de sauvetage. Urk, c'est toute ma vie. J'ai l'intention de mourir heureux ici dans 40 ou 50 ans », dit l’homme de 59 ans.

Mais une vie passée au bord de l'eau n'est pas faite que de plaisirs et des jeux. Lorsqu’il avait six ans, son père et son grand-père, des pêcheurs, se sont perdus en mer - une tragédie qui explique pourquoi l'ancien pêcheur se passionne pour la sécurité sur l’eau. « Même si j'ai passé mon enfance à jouer autour de l’eau et avec l'eau, je suis loin d’être comme un poisson dans l’eau », explique Rein. « Aujourd'hui encore, si je suis en vacances et que je suis assis au bord d'une piscine avec une bière, il doit faire très chaud pour que j'y entre. » Il a également été secouriste bénévole à la KNRM (l'Institution royale néerlandaise de Sauvetage en mer) pendant plusieurs années.

L'eau peut être brutale et belle.
Aujourd'hui, Rein travaille comme spécialiste de la sécurité pour le syndicat local des pêcheurs. « Pour la plupart des gens d’Urk, tout tourne autour de l’eau et de la pêche - cela va de soi pour nous. Et c'est également vrai pour les Pays-Bas dans leur ensemble. Nous avons toujours été dans l'eau jusqu'aux genoux - nous avons construit notre terre à partir de l’eau et devons constamment la combattre pour rester au-dessus. »
La pêche ne manque pas à Rein, il garde aussi un bon souvenir de la camaraderie qui règne sur les bateaux de sauvetage. « Nous faisions un bon travail ensemble », explique-t-il. « Et vraiment, l'eau a enrichi ma vie tant sur le plan matériel que sur le plan spirituel. En tant que pêcheur, vous évoluez dans cet espace restreint de huit mètres sur quarante pendant cinq ou six jours, et avec cinq ou six autres gars. Vous êtes très occupé, mais en même temps c'est très relaxant - beaucoup plus relaxant que la vie à terre. »
Les bons conseils de Rein Snoek
« Le phare d'Urk est un beau monument - avec une histoire qui remonte à 400 ans. Vous pouvez généralement grimper au sommet. Devant le phare, vous pouvez voir la pierre d'Ommel-Bommel se dresser au-dessus de l'eau. Je recommande également le Monument aux pêcheurs, qui commémore toutes les personnes perdues en mer. C'est une statue d'une femme regardant la mer et énumérant 368 noms. »
Qu'est-ce qui nous attend ?
Un avenir avec l'eau

Regarder vers l'avenir - ce qui se passe et ce qui va se passer

Les visiteurs de la ville frisonne de Lemmer la verront de loin : la cheminée de 60 mètres de haut de l’un des monuments les plus spectaculaires et innovants de Hollande - la station de pompage D.F. de Woudagemaal. Installée dans un magnifique bâtiment inspiré du style de l'école d'Amsterdam, c'est la plus grande station de pompage à vapeur jamais construite et la seule qui soit encore utilisée. Il n’est pas étonnant que les passionnés d’ingénierie viennent du monde entier pour visiter cet exemple étonnant de design industriel, qui a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1998.

Bien sûr, le fait qu'elle fonctionne encore nous rappelle l’omniprésence de l’eau. En raison du changement climatique, le niveau de la mer monte et les tempêtes deviennent plus violentes : l’avenir de notre pays n’est pas sûr. Heureusement, nos universités produisent des ingénieurs en eau de classe mondiale qui contribuent à mettre au point de nouvelles techniques et de nouveaux projets pour nous protéger.

Pour citer le célèbre footballeur néerlandais Johan Cruyff : « L'eau n'a rien à gagner de nous, et pourtant nous avons tout à y perdre - si nous ne coopérons pas. » Ainsi, plutôt que de lutter contre l'eau, nous perpétuons la tradition séculaire d'apprendre à vivre avec : utiliser nos lacs, nos parcs et même nos parkings pour servir de réservoirs pouvant aider à lutter contre les inondations. Dans certaines villes néerlandaises, les fontaines, les jardins et les terrains de basket font déjà office de bassins de rétention. Et nous travaillons constamment à construire des défenses fournies par les spectaculaires dunes de sable et les plages le long de nos côtes.

Le pouvoir destructeur de l'eau peut paralyser les sociétés et l'environnement, exacerbé par le changement climatique. L'eau est le catalyseur, si nous comprenons sa complexité, si nous l'évaluons de manière globale et si nous la gérons de manière inclusive. L'eau sera alors le levier de l'action climatique et du développement durable, pour le changement que nous recherchons.
Henk Ovink

Utiliser l'expertise néerlandaise pour aider les autres

Habitués à vivre avec l’eau, nous utilisons notre expertise pour aider d’autres pays confrontés à la menace des inondations et de la sécheresse. Nos experts travaillent dans toute l’Europe et se rendent régulièrement en Asie, en Amérique, au Moyen-Orient et en Afrique pour conseiller les gouvernements sur la protection des populations, travailler avec des partenaires et des entreprises locales sur la gestion de l’eau et faire avancer la science et l’innovation. Des représentants de pays tels que l’Indonésie, le Bangladesh et le Vietnam visitent souvent notre pays pour observer le fonctionnement de nos dispositifs de gestion de l’eau (défenses naturelles ou en dur, innovations urbaines à petite échelle ou encore infrastructures de plus grande ampleur). Nous avons même notre propre envoyé international pour l’eau, un spécialiste nommé Henk Ovink, qui pilote des projets visant à aider les autres nations à renforcer leurs protections et à faire face aux situations d’urgence. L’expertise de Henk lui a valu d’être régulièrement invité à la Maison-Blanche, où il était connu par l’équipe du président Barack Obama comme « Henk, le gars de l’eau ». Henk Ovink a travaillé à la reconstruction de la région de New York après le passage de l’ouragan Sandy, et a créé – avec l’aide de nombreux partenaires américains et néerlandais – des projets innovants pour le concours « Rebuild by Design » dont l’objectif est de sécuriser l’avenir de la ville de New York.

Bien que l'avenir soit incertain, ce qui est sûr, c'est la persévérance et l'ingéniosité du peuple néerlandais. Elles ont contribué à apporter une prospérité et une puissance incommensurables à une petite nation, qui était autrefois la plus puissante du monde. Elles ont créé dans notre identité et continuent à façonner notre caractère et notre culture. Sans eau, où serions-nous ? Ou, plus important encore, qui serions-nous ? Nous ne voulons même pas y penser.